Vacances à la mer et programme d’entraînement

Les « séjours bol d’air PLUS » de la Ligue pulmonaire suisse visent à inciter les personnes souffrant de maladies pulmonaires à bouger plus. Trois participant-e-s témoignent.

Avoir une activité physique suffisante constitue l’une des principales mesures thérapeutiques dans le cas de la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO). En effet, lorsque les muscles sont entraînés, ils consomment moins d’oxygène, ce qui facilite l’activité au quotidien. Pour inciter les personnes atteintes de maladies pulmonaires et respiratoires, la Ligue pulmonaire suisse a lancé un premier « séjour bol d’air PLUS  » à Spotorno à l’automne 2018; une offre combinant des vacances à la mer et des activités sportives.

 

Andres Herrmann de Derendingen (SO), qui souffre de BPCO, y a participé deux fois. « Des vacances 100% balnéaires m’ennuieraient », explique l’homme de 74 ans. Les « séjours bol d’air PLUS » incluant des séances d’entraînement en salle de sport et de gymnastique en plein air étaient donc parfaits pour lui. « Après mes vacances à l’automne 2018, je bougeais plus et je me suis même acheté un tapis de course », précise Andres Herrmann.

 

Outre l’entraînement musculaire chez le physiothérapeute, il faisait de l’exercice presque tous les jours – jusqu’à ce qu’une pneumonie sévère et d’autres problèmes de santé l’hiver suivant le fassent beaucoup régresser. « Ça m’a beaucoup coûté. » Sa deuxième participation à un « séjour bol d’air PLUS » à l’automne 2019 était donc placée sous le signe de la régénération. « L’air marin et les activités sportives avec d’autres personnes touchées m’ont cette fois encore beaucoup aidé et motivé. Maintenant, j’espère pouvoir retrouver progressivement mon niveau d’avant. »

 

Création d’un groupe de gymnastique pulmonaire

Comme l’a montré une enquête réalisée six mois après le premier « séjour bol d’air PLUS », Andres Hermann n’a pas été le seul à être motivé par l’offre de la Ligue pulmonaire. 62% des personnes ayant participé à l’enquête se sentaient plus en forme après leur séjour à Spotorno. 75% ont répondu « oui » ou « plutôt oui » lorsqu’il était demandé si elles étaient davantage motivées à faire de l’exercice chez elles. (voir graphique sur la page de droite).

 

« Je sais que l’activité physique est indispensable pour garder la même qualité de vie », dit Daniela Frei de Seewis (GR). Comme cela fait longtemps qu’elle fait du sport autant que possible, elle n’a aucun mal à rester active physiquement malgré la BPCO. Lors de son « séjour bol d’air PLUS » à l’automne 2018, la participante de 56 ans a apprécié, outre le programme sportif et le cadre, les échanges avec les autres personnes concernées. Plus question pour elle d’y renoncer : au retour, elle a vite créé un groupe de loisir pour les personnes atteintes d’affections pulmonaires. « Nous nous retrouvons une fois par semaine, échangeons autour d’une tasse de café, faisons de la gymnastique en plein air ou une promenade. »

 

En meilleure forme grâce au sport

Il a fallu être un peu plus convaincant pour inciter la zurichoise Anne-Marie Korn, 87 ans, à faire de l’exercice. « Je suis un peu paresseuse », confie-t-elle. C’est pour cela que, pendant le premier « séjour bol d’air PLUS », elle a plus profité de la mer et de l’air iodé que des activités.

 

Mais lors d’une réadaptation l’été dernier, elle a réalisé qu’elle pouvait nettement améliorer sa condition physique grâce à un programme de musculation et d’endurance.

 

« À la fin de la réadaptation, j’arrivais à aller deux fois plus loin en cinq minutes qu’avant. » Elle s’est donc inscrite à un deuxième « séjour bol d’air PLUS ». « Maintenant, je sais que je dois faire quelque chose. »

Des vacances sans souci

Avec les «séjours bol d’air PLUS», la Ligue pulmo­naire suisse donne la possi­bi­lité aux per­sonnes souf­frant de ma­ladies respi­ratoi­res et pulmo­nai­res et à leurs proches aidant-e-s de passer des vacances sans souci en Suisse et à l’étranger. Des pro­fession­nels de santé ac­com­pa­gnent les voya­ges de groupe. En outre, la Ligue pulmo­naire assure l’appro­vision­nement en oxygène. L’offre des «séjours bol d’air PLUS» combi­nant vacan­ces et pro­gramme d’en­traî­nement existe depuis 2018.

www.liguepulmonaire.ch/sejoursboldair

 

62% des personnes inter­ro­gées se sentent toujours plus en forme qu’avant, six mois après leurs «séjours bol d’air PLUS».

DE | FR | IT

 

 

DE | FR | IT

 

Ligue pulmonaire suisse
Chutzenstrasse 10, 3007 Berne