Vivre au quotidien aux côtés d’un partenaire qui tousse tout le temps, qui a besoin d’un appareil la nuit pour respirer correctement ou qui doit subir des traitements contre le cancer des poumons, ce n’est pas de tout repos. Il est temps de penser aux proches aidants, qui ont aussi besoin de respirer.

Les proches des malades ont aussi besoin de respirer

Editorial

DE | FR | IT

 

Valérie Borioli Sandoz
Responsable Politique de l’égalité Travail.Suisse, lic. ès lettres, cheffe des projets
info-workcare.ch et mamagenda.ch.

Psychiquement et émotionnellement, accompagner son enfant atteint de mucoviscidose ou d’asthme est une tâche lourde à porter. Des offres de relève sont nécessaires. Mais les proches aidants ont aussi besoin de conserver leur emploi, source d’équilibre précieux, en plus bien sûr d’être une source de revenu indispensable.

 

Les proches aidants ont des besoins très divers. Bien entourés par leur famille, leurs amis, leurs voisins, par les organisations spécialisées, les proches aidants sont en mesure de poursuivre leur engagement généreux tout en réduisant le risque de tomber eux-mêmes malades en raison du surmenage. Ce qui est bon au niveau local et individuel l’est aussi au niveau régional. Les cantons romands ont développé une politique en faveur des proches aidants, avec la collabo­ration des associations actives dans ce domaine.

 

Chaque année le 30 octobre, ils célèbrent la Journée romande des proches aidants. Cette journée gagnera à devenir nationale quand tous les cantons suisses auront rejoint le mouvement de reconnaissance.

 

Au niveau national justement, des discussions sont en cours pour fédérer les énergies. Travail.Suisse, l’organisation indépendante des travailleurs et des travailleuses, à l’origine du site gratuit www.info-workcare.ch/fr y travaille aux côtés de nombreuses organisations nationales.

 

Valérie Borioli Sandoz

 

DE | FR | IT

 

Ligue pulmonaire suisse
Chutzenstrasse 10, 3007 Berne