Les contacts so­ciaux main­tien­nent en bonne santé

En matière de promo­tion de la san­té, il est éta­bli que les rela­tions et contacts so­ciaux sont essen­tiels à la survie, d’une part, et ont une in­fluen­ce capi­tale sur la maniè­re dont les indivi­dus éva­luent leur état de santé, d’autre part.

Prof. Urs Gerber
Psychothérapeute et enseignant à la Haute école spécialisée de la Suisse nord-occidentale

La crise du coronavirus mon­tre que la Ligue pulmo­naire peut jouer un rôle d’im­por­tan­ce systé­mique. Plusieurs Ligues pul­mo­naires canto­nales dialo­guent au quotidien avec des ma­la­des atteints du COVID-19 et des per­son­nes isolées. Pouvoir se dire « Tiens, quelqu’un s’inté­res­se à moi et n’est pas in­diffé­rent à ma situa­tion », renforce le senti­ment de commu­nau­té et d’apparte­nance. Cet effet est connu dans le domaine de la recher­che auprès des per­son­nes âgées : un bref échange télé­pho­nique avec une mère veuve amé­liore son bien-être de manière mesura­ble. En revan­che, les personnes souffrant de senti­ments de solitude, qui re­çoivent un faible soutien social ou vivent dans l’isole­ment sur le plan social, risquent de mourir plus jeunes.

 

Pour ce qui est des soins am­bu­latoi­res des malades chroni­ques, l’en­gage­ment en matière de conseil per­sonnel est donc pri­mordial. Il est l’une des princi­pales missions de la Ligue pulmo­naire. Celle-ci dispose d’une large palette de possi­bili­tés d’inter­ven­tion, des échan­ges télé­pho­ni­ques aux visites à domi­cile. Il s’agit de les utiliser, sur­tout en cette pé­riode de crise du coronavirus.

 

Prof. Urs Gerber

DE | FR | IT

 

 

DE | FR | IT

 

Ligue pulmonaire suisse
Chutzenstrasse 10, 3007 Berne