L’activité physique :
un médicament efficace

L’activité physique des personnes atteintes de maladies pulmonaires ou respiratoires – comme d’autres maladies chroniques – a un effet positif sur la qualité de vie et l’évolution de la maladie.

Dr. méd. Martin Frey
Médecin conciliaire, clinique Barmelweid

Pour la plupart des personnes souffrant de maladies pulmonaires, la gêne respiratoire est le symptôme le plus lancinant et le plus angois­sant. Elles essaient donc souvent d’éviter l’effort au quotidien, notamment pendant leur temps libre. Or rappelons que même les personnes dont les poumons sont en bonne santé sont essoufflées lorsqu’elles fournissent des efforts physiques importants – en fonction de leur forme –, ce qui est tout à fait normal. Sur une longue période, l’inactivité entraîne une réduction de la masse musculaire et diminue l’efficacité du système cardio-vasculaire : lors de tests de charge, il n’est ainsi pas rare de constater que les patients souffrant de maladies pulmonaires sont plus gênés par leur état musculaire que par la maladie elle-même.

 

Heureusement, les ligues pulmonaires cantonales élargissent leur offre de qualité en soutenant des programmes de réadaptation pulmonaire et en proposant différents cours et programmes d’entraînement, ainsi que désormais le programme vacances «Séjours bol d’air PLUS», qui aide les participants à se lancer en douceur dans une activité physique adaptée sous la houlette de professionnels.

 

Dr. méd. Martin Frey

DE | FR | IT

 

 

DE | FR | IT

 

Ligue pulmonaire suisse
Chutzenstrasse 10, 3007 Berne