« Ce que je faisais auparavant en cinq minutes me prend à présent une demi-heure. La spontanéité fait partie du passé. » Vytis Kaest­li dit cela tout simplement, sans la moindre note de regret dans la voix. Il y a quatre ans, ce septuagénaire a appris qu’il était atteint de bronchopneumopathie chronique obstructive. Près de 400000 personnes en Suisse souffrent de cette maladie qui entraîne le rétrécissement des voies respiratoires et provoque un essoufflement croissant lors d’activités physiques ainsi que, bien souvent, une toux productive le matin.

 

Depuis le diagnostic, Vytis Kaestli a dû adapter sa vie : obligation de faire de l’exercice régulièrement, de prioriser ses activités et de renoncer au tabac. « Si je veux un bon confort de vie, je dois faire des efforts – et pas seulement durant quelques mois, mais pendant le reste de ma vie », constate-t-il. Sa voix grave déborde néanmoins d’énergie. Vytis Kaestli est un optimiste qui essaie de tirer parti de chaque situation, même difficile. Aussi s’est-il inscrit à la formation «Mieux vivre avec une BPCO», organisée par la Ligue pulmonaire thurgovienne l’année dernière.

 

 

Planification et activité physique

La Ligue pulmonaire a proposé pour la première fois en 2018 cette formation qui apprend notamment aux personnes atteintes de BPCO à mieux gérer leur maladie durant six modules de deux heures. L’un de ces modules est consacré à la plani­fication du quotidien. « En raison de leur effort respiratoire accru, les personnes souffrant de BPCO dépensent, même pour de petites activités, plus d’énergie que les personnes en bonne santé », explique Philipp Hug, coach de la Ligue pulmonaire thurgovienne.

 

C’est pourquoi il est important de planifier le quotidien de façon à économiser le plus d’énergie possible et de programmer les activités fatigantes aux périodes de la journée où elles se sentent le plus en forme. Il est également utile de scinder les activités en plusieurs étapes et de réserver suffisamment de temps à chacune d’elles. Outre la planifica­tion minutieuse, Philipp Hug cite cependant encore un autre élément essentiel pour mieux gérer le quotidien, qui est abordé lors du coaching : l’entraînement régulier. « Pour les personnes ayant une BPCO, tonifier et entretenir sa musculature est primordial », explique Philipp Hug tout en soulignant : « Ces personnes peuvent faire quelque chose pour améliorer leur qualité de vie malgré la maladie. »

 

 

De précieux conseils

Vytis Kaestli en a également profité. Avant de suivre la formation destinée aux patients, il était déjà bien informé sur sa maladie et faisait quotidiennement des promenades avec son chien. La formation lui a malgré tout été très utile. « J’ai reçu de précieux conseils sur des exercices d’activité physique, sur la façon de mieux planifier le déroulement de la journée et sur le comportement à adopter en cas d’urgence. Je recommande sans hésiter ce cours à tous ceux qui souhaitent savoir comment se sentir mieux au quotidien malgré la BPCO. »

Photos : Andreas Zimmermann

Des activités toutes simples peuvent demander de gros efforts aux personnes ayant une BPCO. L’éducation en autogestion « Mieux vivre avec une BPCO » de la Ligue pulmonaire les aide à retrouver plus d’énergie au quotidien malgré la maladie.

«Si je veux un bon confort de vie, je dois faire des efforts»

Conseil

Devenez votre propre expert : mieux vivre avec une BPCO !

Pour beaucoup de personnes atteintes de BPCO, la diminution, parfois très importante, de leurs capacités physiques rend leur vie quotidienne difficile à gérer. Des études nationales et internationales ont démontré que la formation destinée aux patients améliorait nettement la qualité de vie des personnes souffrant de BPCO. De plus, le nombre et la durée des hospitalisations baissent significativement et le nombre de prises en charge d’urgence et de consultations du médecin diminue également.

La formation « Mieux vivre avec une BPCO » destinée aux patients a été conçue par la Ligue pulmonaire conjointement avec la Société Suisse de Pneumologie. Elle se compose de six modules abordant les causes de la BPCO, les médicaments et le plan d’action en cas d’aggravation, des techniques de respiration, la planification du quotidien, l’activité physique, l’alimentation, le sommeil ou encore les voyages. Au terme de la formation en groupe, les participants bénéficient d’un suivi téléphonique durant douze mois. En 2019, la formation sera proposée dans les cantons BE, BL/BS, NE, SG, SO, TG, VD, VS et ZH.

Cela vous intéresse ? Inscrivez-vous dès aujourd’hui sur :

www.lungenliga.ch/­copd­coaching

DE | FR | IT

 

 

DE | FR | IT

 

Ligue pulmonaire suisse
Chutzenstrasse 10, 3007 Berne